cabecera
Folklore de la Côte
cancionero peruano (recueil de poésies lyriques péruvien).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le cadre qui nous occupe spécifiquement, la Costa (la Côte), il conviene de tenir compte du fait que lorsque Pizarro est arrivé à Tumbes (1532), cela faisait moins d'un siècle, à peine 70 ans, que les armées incas du règne glorieux de Pachacútec, avec ses généraux Cápac Yupanqui et Inca Yupanqui, oncle et neveu respectivement, avaient dominé ce vaste territoire côtier des nanascas, chinchas, Señorío de Cuismancu et Chuquismancu et la zone étendue du Gran Chimú. Sur ces 500 lieues de littoral, les cultures antérieures aux incas adoraient la mer (Mamacocha), bien que le culte du Soleil (Apu Inti) s'impose à ce moment-là. De son côté, l'Espagne même qui nous conquiert vient tout juste de sortir de presque huit siècles de domination musulmane

 

socabón

Ce terme est appliqué aussi bien pour désigner le chant des dizains récités que pour distinguer la musique jouée à la guitare pour accompagner ce chant. En d'autres termes, socabón est la ligne mélodique de notre dizain chanté mais aussi la mélopée qui les accompagne à la guitare.

 

danzas negras en el perú (danses noires au pérou)

Ainsi donc, les arabes, qui pendant deux mille ans (depuis avant l'ère chrétienne jusqu'à la fin du XIX siècle) ont été les initiateurs et les gestionnaires de la traite des noirs, et les navigateurs portugais du XV siècle ont introduit l'élément noir dans la Péninsule Ibérique très longtemps avant que Colomb ne débarque sur notre Continent.

 

Ces faits sont très importants car la culture "occidentale" que les espagnols et les portugais nous apportent était déjà influencée par l'élément noir, notamment en ce qui concerne les chants, les danses et les instruments de musique.

 

 

LANDÓ O SAMBA LANDÓ

Audio Ejemplo

02.Video. 29,6 MB mpeg. Tiempo: 1:33 minutos

 

la marinera

 

 

 

Tout comme notre Tondero du nord, la Marinera, une danse représentative du métissage péruvien qui a vu le jour à Lima et qui enregistre actuellement des versions régionales de haute valeur, telles que les marineras de Arequipa, Puno, Cuzco, Cajamarca, Huanuco, etc., a une structure tripartite.

Si le Tondero se divise en glose, chant et fugue, dans la marinera de Lima il faut distinguer primera de jarana, segunda de jarana y tercera de jarana.

03.Video. 38,1 MB mpeg.Tiempo: 2:00 minutos

 

 

 

 

son de los diablos (son des diables)

Jusque dans les années vingt du XX siècle, il était possible de voir, dans le centre de Lima et dans le quartier de La Victoria, las pittoresques Cuadrillas del Son de los Diablos, égayant les rues les jours de Carnaval. Une Cuadrilla était formée par huit ou dix diables, menés par un Diablo Mayor. Ils portaient une casaque et un pantalon rouges, un masque, des cornes, une queue et des chaussons en corde; ce costume est complété par une petite cape et un grand nombre de grelots. L'orchestre comprenait une guitare (ou une harpe), une petite caisse (cajita) et une mâchoire d'âne (quijada de burro) (carachacha). Quelques aquarelles du peintre mulâtre Pancho Fierro (1803-1879) montrent des époques antérieures du Son, peut-être lorsque son apparition coïncide avec l'Épiphanie, Quasimodo ou bien en précédant la Procession lors de l'Octave du dimanche de Habeas. 

Audio Ejemplo

 

 

 

ingá

Danse érotique joyeuse, du folklore urbain. Son rythme est dérivé du Festejo, sa chorégraphie est en forme de roue avec un danseur au milieu, qui danse tout en berçant un baluchon de chiffons, un oreiller ou toute autre chose ayant l'apparence d'un nourrisson, le serrant contre lui en le berçant -d'où son nom onomatopéique de "ingá", comme les pleurs d'un nouveau-né, ou dansant de façon mutine avec "l'enfant". Ensuite, il lance le bonhomme à l'un des assistants, échangeant leurs positions, c'est-à-dire que celui qui reçoit le "inga" doit occuper la place au milieu du cercle. Les assistants effectuent ainsi une rotation jusqu'à ce que tous les présents aient dansé avec le bonhomme.

 

zaña

ZAÑA Cette chanson aux paroles irrévérencieuses, dont la musique est parvenue jusqu'à nos jours, est la manifestation folklorique la plus ancienne qui ait été transmise au métissage afro-yunga de la côte péruvienne. La ZAÑA a été la protestation du Noir, non pas contre Dieu mais contre les hommes qui se moquaient de la Loi de Dieu. 

 

cumanana

Las Cumananas sont des quatrains à vers octosyllabiques. Il s'agit d'une expression populaire qui appartient au genre lyrique musical: poésie chantée pour interpréter en contrepoint, sur un thème convenu à l'avance ou défi de questions et de réponses sur des sujets divers. Deux chanteurs improvisateurs improvisent des couplets à quatre lignes de façon alternative, jusqu'à ce que l'un d'eux est déclaré vainqueur.

 

el festejo

Tout comme le zapateo, il s'agit également d'une danse masculine pour soliste, en contrepoint ave un ou plusieurs rivaux. La seule et sensible différence existante dans sa chorégraphie réside dans la technique utilisée: tandis que dans le cas du zapateo on frappe avec la pointe, la plante et les tacons de la chaussure, dans le cas de la agüenieve tous les coups sont exécutés exclusivement avec la pointe, la plante et les côtés du pied; celui qui pose le talon, même de façon involontaire, perd la partie.

Ainsi donc, les figures de la aguenieve se font à l'aide de mouvements de va-et-vient rapide, avec des coups de la plante et de la pointe des pieds.

Il est possible que ce type de danse ait été très antérieur au zapateo, car il semble que la nécessité du mouvement de va-et-vient rapide ne soit pas due à un simple caprice mais plutôt aux limitations imposées par le fait de danser pieds, ce qui empêche de frapper du talon mais, par contre, rend plus riche le son de la plante du pied lorsque celle-ci balai la terre dure.

Audio Ejemplo

01.Video. 20,4 MB mpeg. Tiempo: 1:04 minutos.

 

la danza o habanera

Au cours du siècle dernier -et au début de celui-ci- les navires cargos qui se mettaient à quai dans le port de el Callao et dans les autres ports du littoral péruvien nous ont apporté, outre des cargaisons précieuses et vitales dans leurs cales, des airs et des chansons folkloriques d'autres latitudes américaines, que nous avons appris directement des voix fêlées de leurs hommes d'équipages chevronnés. Des Grandes Antilles, des bateaux qui arrivèrent sur nos côtes par le Détroit de Magellan -car le Canal de Panama n'avait pas encore été construit- nous ont apporté la DANZA, dite également HABANERA. Il s'agit d'une chanson d'origine cubaine dont l'accompagnement est l'affaire de la guitare et de la flûte, et dont le thème, en général d'un romanticisme lyrique, fait allusion à des peines d'amour. 

 

el cajón (le grosse caisse)

 

 

 

 

Il s'agit d'un instrument de musique à percussion, qui voit le jour parmi les noirs créoles de la côte péruvienne en remplacement du tambour africain perdu. 

Audio Ejemplo

 

 

 

 

 

la quijada (la machôire)

Il s'agit de la mâchoire inférieure arrachée au squelette d'un âne, d'un cheval ou d'une mule, et converti en instrument de musique par l'ingéniosité et la virtuosité de nos peuples. 

Audio Ejemplo

 

el güiro

 

 

Dans son oeuvre Afro-américaine Folksongs (New York, 1914), H.E. Krehbiel écrit: "En Afrique, frotter un bout de bois rayé uni à une calebasse évidée est une méthode habituelle de produire des sons". Ces types de güiro, d'origine indubitablement noire, ont disparu depuis longtemps parmi nous.

La güiro actuelle est la simple calebasse allongée, que l'on joue en passant à la mesure une baguette métallique sur les stries ou les cannelures parallèles, taillées de façon transversale sur le côté opposé à l'orifice qui lui sert d'harmonique et de poignée pour la main gauche.

Audio Ejemplo

 

 

 

la carrasca

 

 

 

Instrument de musique du type denté ou muni de rainures, dont l'origine peut être attribuée aussi bien à l'Amérique précolombienne qu'à l'Afrique.

Fabriquée à l'aide des matières les plus diverses (os humains, tiges de bambou, bois durs, etc.), la carrasca est l'instrument précurseur de la güiro et de la guayo. (F. Ortiz).

 

Audio Ejemplo

 

 

 

 

la guitarra

Audio Ejemplo

 

las palmas

Audio Ejemplo

 

zapateo en mayor.

L'exécution du zapateo se fait sur une seule guitare et sa formule musicale, sur la base de phrases de mesure à trois temps (6/8), complète des périodes de deux ou de quatre phrases qui se répètent avec certaines variantes.

Le zapateo en modo mayor est le favori des guitaristes et le plus demandé par les " zapateadores ", du fait de sa nature gaie et de sa variété mélodique.

Le zapateo (en mayor ou menor) suit le rythme dérivé ou apparenté au Festejo. Toutefois, il faut toujours tenir compte du fait que ces coups doivent être très rythmiques pour produire ses effets car c'est le zapateado qui " mène la danse ", soit en "dialoguant" avec la guitare, soit en syncopant son rythme et en mettant à profit les silences que celle-ci lui accorde

Audio Ejemplo

 

zapateo en menor

L'exécution du zapateo en menor se conforme à la même formule musicale du zapateo en mayor mais, ayant moins de variété mélodique dans ses phrases, il s'avère être quelque peu monotone et de ce fait n'est pas très apprécié par les " zapateadores ", sauf démonstrations hors de notre ressort. À ce jour, nous pourrions affirmer que le professeur Vicente Vásquez Díaz est le seul guitariste péruvien qui connaît quelques coups de zapateo en menor, riches coups dans lesquels l'utilisation des cordes graves est prépondérante. 

Audio Ejemplo

 

agüenieve

La agüenieve ou agua´e nieve a été confondue avec le zapateo créole ou pasada, mais il existe des différences sensibles entre ces deux danses. Tout d'abord, parce que la agüenieve n'est jouée qu'en modo mayor et que sa formule musicale unit des périodes de deux phrases en mesures d'amalgame qui rappellent les " soleares ", un type de chant et de danse andalous.

Audio Ejemplo

 

pasada de agüenieve.

Tout comme le zapateo, il s'agit également d'une danse masculine pour soliste, en contrepoint ave un ou plusieurs rivaux. La seule et sensible différence existante dans sa chorégraphie réside dans la technique utilisée: tandis que dans le cas du zapateo on frappe avec la pointe, la plante et les tacons de la chaussure, dans le cas de la agüenieve tous les coups sont exécutés exclusivement avec la pointe, la plante et les côtés du pied; celui qui pose le talon, même de façon involontaire, perd la partie.

Ainsi donc, les figures de la aguenieve se font à l'aide de mouvements de va-et-vient rapide, avec des coups de la plante et de la pointe des pieds.

Il est possible que ce type de danse ait été très antérieur au zapateo, car il semble que la nécessité du mouvement de va-et-vient rapide ne soit pas due à un simple caprice mais plutôt aux limitations imposées par le fait de danser pieds, ce qui empêche de frapper du talon mais, par contre, rend plus riche le son de la plante du pied lorsque celle-ci balai la terre dure.

Audio Ejemplo

 

el alcatraz.

L'alcatraz (tout comme la ingá) est une danse érotique-joyeuse, dont la musique est dérivée du festejo. Les différences entre l'alcatraz et les deux danses mentionnées se trouvent dans ses paroles (qui font allusion à la chorégraphie) et dans sa chorégraphie, dont le jeu consiste à ce que l'homme, arborant une bougie allumée, danse avec grâce tout en essayant de brûler un cornet en papier que sa partenaire féminine porte attaché sur la partie basse du dos, tandis que celle-ci esquive la brûlure avec des mouvements habiles et rythmiques de la hanche.

L'orchestre de l'alcatraz se compose de la guitare, de la grosse caisse (cajón), de la güiro et des battements de mains, encadrant le chant (antiphonal) des couplets chantés par le soliste en dialogue avec le choeur.

Audio Ejemplo

 

melopea de agüenieve.

Audio Ejemplo

 

 

entrada de marinera.

Audio Ejemplo

 

llamada de resbalosa

Audio Ejemplo

 

panalivio

Le noir esclave de la Costa Peruana (Côte Péruvienne), au cours de ses nuits interminables, entassé dans le hangar de la raffinerie de sucre, ou pendant les rudes travaux des champs dans les plantations de canne à sucre, de riz ou de coton, s'est lamenté de son malheur dans une chanson-lamentation émouvante qui portait le nom significatif et poétique de PANALIVIO.

Audio Ejemplo

 

 

© Nicomedes Santa Cruz Gamarra